Une élimination et des regrets

Après avoir fait plus que jeu égal avec les pensionnaires de D.H., les rouges et blancs sont éliminés de la coupe de France par Porto Vecchio (1 à 1, 4 tab à 1)...

ASA-Porto VecchioLa différence de trois divisions ne s'est pas vue ce dimanche à Antisanti où les locaux ont fait mieux que se défendre face à un pensionnaire de l'élite régionale. Bien organisés et solidaires, les rouges et blancs ne laissaient pas le moindre espace à leurs adversaires qui avaient la maîtrise du ballon mais de façon complètement stérile. De sorte que la première occasion franche de la partie était à mettre à l'actif des locaux. A la réception d'un coup franc excentré, Guihomat-Tristani était le plus prompt mais sa tête heurtait le montant de Gavini, complètement battu sur ce coup là. Les locaux continuaient à se montrer dangereux notamment grâce à Costantini ou Bursacchi et bénéficiaient d'un peu de réussite quand les attaquants sudistes, profitant de la seule erreur de la défense antisantica, rataient l'immanquable à deux contre le gardien.
Au cours de la deuxième mi-temps, les deux équipes avaient tour à tour l'occasion d'ouvrir le score mais les portiers faisaient bonne garde. A mesure que la fin du match approchait, le jeu se durcissait et les esprits s'échauffaient. Monsieur Canale dégainait les cartons et à l'entame des arrêts de jeu il expulsait Pierre-Antoine Bursacchi pour un deuxième carton jaune.
En prolongation, en infériorité numérique et face à une équipe mieux préparée physiquement, les joueurs de l'A.S.A. concédaient logiquement l'ouverture du score. Alors qu'on s'acheminait vers une qualification des divisionnaires, l'arbitre sifflait un coup franc à la dernière seconde du match. Seassari s'en chargeait et Dumè Perelli, plus haut que tout le monde, catapultait la balle au fond des filets. La décision se ferait donc au tir au but. Malheureusement, à ce petit jeu là, les portovecchiais se montraient les plus adroits et compostaient leur billet pour le prochain tour.
L'exploit était proche mais il aura manqué aux hommes de Daniel Bursacchi un peu de sang-froid et un soupçon de réussite. Mais ce match a confirmé les bonnes choses vues le week-end précédent à Monticellu et laisse augurer une bonne saison à condition d'aborder chaque partie avec le même sérieux et la même détermination. Premier élément de réponse dimanche contre l'autre club de la cité du sel, l'Etoile.

Les commentaires sont clôturés