A l'antica

Malgré une cascade d'absents les antisantinchi sont allés chercher le match nul sur le terrain du leader. Avec le cœur et les tripes...

Casinca-ASA 2016

En se déplaçant chez le leader (qui avait remporté très largement tous ses matchs à domicile jusque là) en déplorant pas moins de quinze joueurs absents, on se demandait quelle sauce les rouge et blanc allaient être mangés. Dans ces conditions, on se disait même qu’une défaite avec un faible écart serait une bonne performance.
Pourtant les onze joueurs présents sur le terrain ont réussi à déjouer tous les pronostiques en affichant un état d’esprit aux antipodes de celui aperçu lors des dernières sorties. Solidarité, cohésion, envie, réalisme, encouragement des uns envers les autres, pas de palabres inutiles. Des valeurs qui ont fait l'histoire de ce club et qu’on aimerait voir tous les dimanches.
Face à la domination constante des casincais la défense antisantinca faisait bonne garde de sorte qu’il n’y avait pas grand-chose à signaler au cours de la première période si ce n’est une sortie fort à-propos de Greg Genoux-Tristani dans les pieds d’un attaquant local qui avait échappé à la vigilance de son garde du corps.
Au début de la seconde mi-temps de Julien Bursacchi glaçait l’assistance en ouvrant le score sur un penalty indiscutable suite à une main dans la surface. La nervosité gagnait alors les locaux qui parvenaient tout de même à égaliser quand la frappe de Ghipponi traversait une forêt de jambe pour tromper Genoux-Tristani. Tour à tour, les deux buteurs avaient l’occasion de donner la victoire à leur équipe mais Julien Bursacchi butait sur le gardien et Ghipponi sur le poteau.
On en restait donc là, et ce match nul ressemblait à une victoire pour les hommes de Daniel Bursacchi qui conforte ainsi leur place et leur statut de troisième équipe de ce championnat. Un bon point qu’il faudra néanmoins bonifier dimanche en recevant Solenzara. Une équipe mal classée mais qu’il faudra prendre très au sérieux pour éviter la même désillusion que face à Prunelli.

Les commentaires sont clôturés