La coupe de Corse, c’est (déjà) fini

Fin de parcours pour l’ASA en coupe de Corse, logiquement éliminée à Bravone lors du tour préliminaire (2-1)…

Bravone-ASA CdC

Pour ce tour préliminaire de coupe de Corse, le coach Daniel Bursacchi n’avait pas l’embarras du choix puisqu’il n’a pu coucher que douze noms (dont le sien !!!) sur la feuille de match. Diminuée de la sorte, l’équipe n’a pu faire autrement que subir tout le match les assauts d’une équipe à la recherche d’un premier succès cette saison.
En première période les locaux monopolisaient le ballon, se créaient quelques occasions mais la défense des rouge et blanc tenait le choc autour d’un axe central inédit (Pierre Alessandrini-Auguste Griscelli). En attaque, Pierre-François et Julien Bursacchi tentaient bien de placer quelques banderilles en contre mais sans plus de réussite. Si bien que M. Delannoy sifflait la pause sur le score de 0 à 0.
A peine trois minutes après la reprise, les hommes du président Santoni ouvraient le score par l’intermédiaire de Castagnet qui se trouvait à point nommé pour reprendre du plat du pied un centre venu de la gauche. Moins de dix minutes plus tard, Pierre-François Bursacchi obtenait un bon coup franc aux abords de la surface. Guillaume Franchi ne ratait pas l’occasion de remettre les deux équipes à égalité en ajustant le portier adverse d’une frappe au ras du poteau. Mais avec la fatigue et l’impossibilité de faire tourner, les antisantinchi n’arrivaient plus à sortir le ballon et les vingt dernières minutes se résumaient à une attaque-défense. Après qu’un attaquant de Bravone ait manqué l’immanquable seul dans les six mètres, et que Genoux-Tristani ait gratifié l’assistance d’un arrêt de classe digne de Manuel Neuer, on pensait se diriger vers la prolongation mais à la 86ème minute, Castagnet s’offrait un doublé et la qualification pour son équipe.
Retour au championnat dimanche avec la reception du Niolu. On espère qu'avec un effectif un peu plus fourni, l'équipe pourra renouer avec la victoire et ainsi repartir de l'avant. 

Les commentaires sont clôturés