L’ASA reprend la main

A la faveur de son succès à Omessa (2-1), l’ASA remonte sur la plus haute marche du podium…

Omessa-ASA 2016-2017

Une lanterne rouge qui n’a pas encore connu les joies de la victoire, extrêmement motivée à l’idée de recevoir un prétendant au titre qui pouvait s’emparer de la première place en cas de succès ; voici réunis tous les ingrédients du match piège par excellence pour les antisantinchi. Pour s’éviter une cruelle désillusion, les Rouge et Blanc mettaient d’entrée de jeu la pression sur le but omessincu. Une tactique qui s’avérait payante puisqu’après moins de cinq minutes de jeu, Guillaume Franchi déposait un coup-franc sur la tête de Pierre-François Bursacchi pour l’ouverture du score. Les offensives se succédaient mais les antisantinchi ne parvenaient pas à se mettre à l’abri, butant sur un Ambrosini en grande forme dans les buts de l’Orsu. Relâchant peu à peu leur étreinte, ils  permettaient aux locaux de refaire surface mais ces derniers, hormis sur quelques corners, ne se montraient guère dangereux.

Cette incapacité chronique à faire le break rappelait le scenario des rencontres face aux Stade Bastiais et à Venaco où les Rouge et Blanc s’étaient fait rattraper au score avant de trouver les ressources nécessaires pour faire la décision. Et ce n’était pas la tête de Guihomat-Tristani sur le poteau ou les multiples arrêts d’Ambrosini qui allaient rasséréner le banc antisantincu. D’autant que les locaux, sous l’impulsion du toujours jeune Muller, se faisaient de plus en plus pressants. Mais à l’entame du dernier quart d’heure, au plus fort de la domination omessinca, Griscelli profitait d’un bon ballon dans la profondeur pour éliminer le portier adverse et, enfin, doubler la mise. On croyait se diriger vers une fin de match plus tranquille mais après un premier avertissement (un ballon anodin qui retombait sur la transversale de Genoux-Tristani) les locaux trouvaient la faille à une poignée de minutes de la fin. Heureusement pour eux, grâce notamment à une dernière parade décisive de leur gardien, les hommes du duo Franchi-Montel conservaient leur avantage jusqu’au coup de sifflet final.

Une victoire synonyme de première place qu’il faudra maintenant s’attacher à conserver. Pour cela il faudra garder la tête froide, retrouver plus de réalisme devant et être encore plus solide derrière car, on le sait, il n’y aura aucun match facile. Le championnat est encore long et les prétendants sont nombreux mais il faudra compter jusqu’au bout avec l’AS Antisanti.

La composition de l'équipe : Genoux-Tristani - J. Perelli, Marques Moreira, M. Franchi, D. Perelli - Guihomat-Tristani (c), G. Franchi, Gerandi, Pieri - P.P. Bursacchi, P.F. Bursacchi (Pollizzi, Griscelli, P. Baldovini)

Les commentaires sont clôturés