Le leader déchu

Première défaite de la saison pour l’ASA contre la Squadra Verde. Les Rouge et Blanc perdent la tête du championnat au profit du Niolu.

C’est privée de nombreux joueurs que l’ASA recevait la Squadra Verde pour le dernier match de l’année. Pourtant, les joueurs présents montraient de l’envie et de la détermination mais se montraient beaucoup trop brouillons pour inquiéter le portier visiteur. La première grosse occasion était même à mettre à l’actif des bastiais quand Maltese voyait sa frappe de trente-cinq mètre détournée sur sa barre par Genoux-Tristani. Après cet avertissement, les locaux essayaient de repartir de l’avant mais toujours de façon désordonnée et même les coups de pied arrêtés, qui d’ordinaire faisaient leur force, étaient improductifs. Finalement, comme souvent dans pareil cas, les visiteurs trouvaient la faille en contre par l’intermédiaire de Bertolucci à l’ultime seconde de la première période.

Sonnés par ce coup de massue, les locaux repartaient à l’assaut du but de Ghirardini mais peu de temps après la reprise, Bertolucci profitait d’une erreur d’appréciation de la défense antisantinca pour faire le break. Deux occasions, deux buts. Le buteur de la Squadra Verde faisait preuve d’un froid réalisme. Un réalisme qui faisait cruellement défaut aux Rouge et Blanc. Malgré la réduction du score tardive de Pierre-Paul Bursacchi, ils s’inclinaient pour la première fois de la saison, cédant du même coup le fauteuil de leader au Niolu. Et comme si cela ne suffisait pas, ils perdaient aussi Pierre-Antoine Bursacchi pour plusieurs semaines suite à un claquage. Un bien mauvais week-end en somme…

La trêve arrive à point nommé pour soigner les corps et les têtes, de manière à retrouver quelques forces vives à la rentrée pour la double confrontation avec Bastelicaccia en coupes.

 

 

La compo de l’équipe : Genoux-Tristani - Orlando, P.A. Bursacchi, M. Franchi, Fratani (c) - Guihomat-Tristani, Hyvernaud - J. Bursacchi, Gui. Franchi, P.P. Bursacchi – Griscelli (J. Perelli, Gilo Pieri, Ga. Franchi)

Les commentaires sont clôturés